Législation

Par la rédaction - Vendredi 12/02/2016
2 votes
1823 lectures
0 commentaires
VOTER
5

RGE

Des simplifications administratives sans baisse de qualité

RGE

Un arrêté du 1er décembre 2015, applicable au 1er janvier 2016, entérine deux évolutions principales du dispositif RGE :


  1. Les deux références chantier qui étaient demandées à mi-parcours, c’est-à-dire au bout de deux ans, sont supprimées.
  2. Pour le contrôle de réalisation, à effectuer dans les 24 mois suivant l’attribution de la qualification, un seul audit est désormais demandé pour la partie enveloppe (isolation et menuiseries extérieures), et un seul audit est désormais demandé pour les équipements actifs (chaudière à condensation et énergies renouvelables), prioritairement sur une énergie renouvelable.

Pour franchir une nouvelle étape, la Profession appelle maintenant de ses vœux que, dans le domaine des EnR, les référents techniques expérimentés puissent faire valider leurs compétences en répondant avec succès à un QCM, sans passer par la case formation, comme c’est déjà le cas pour les métiers de l’enveloppe. La préoccupation constante est de ne rien céder sur la qualité des travaux, tout en favorisant la généralisation du RGE.

Enfin, la reconduction du CITE pour 2016, et la prolongation d’Eco-prêt à taux zéro jusqu’en 2018 sont des facteurs de pérennisation du dispositif, de nature à créer la confiance nécessaire à l’essor du marché de la rénovation énergétique.