Enquête

Par la rédaction - Lundi 17/09/2012
0 votes
2100 lectures
0 commentaires
VOTER
0

Performance énergétique : les Français veulent des conseils!

Alors que 94 % des Français se disent préoccupés par les factures énergétiques qui explosent, et 76% par la valeur verte de leur bien immobilier, la majeure partie de nos concitoyens affirme être en attente de conseils pratiques pour faire face à l’évolution constante des prix de l’énergie.

Les Français veulent des conseils !
© Guido Vrola - Fotolia.com

Selon cette étude, 94 % des Français pensent que l'énergie va devenir de plus en plus chère d'ici 2 ans et qu’il est indispensable de réduire ses consommations.

Pour consommer moins, 82 % des Français pensent changer leurs habitudes de consommation et 56 % pensent faire réaliser des travaux permettant de faire des économies d’énergie.

Dans le même temps, 90 % des sondés disent manquer d’information sur les solutions existantes, et 53 % sur les aides disponibles pour faire des économies d’énergie.

Quelles sont les principales motivations des Français pour réaliser des améliorations de leur habitat? La maîtrise de l’énergie constitue une préoccupation qui traverse l’ensemble de la population poussée par des motivations principalement économiques.

Le confort est également un levier arrivant juste avant les aspects environnementaux.

Les principaux travaux réalisés et envisagés concernent le changement des fenêtres, l’isolation des combles, le changement de chauffage et l’isolation des murs et sols.

20 % des ménages ont réalisé un Diagnostic de performance énergétique (DPE). Une démarche qui influence les comportements car près des 2/3 ont ou envisagent de réaliser des travaux à la suite du diagnostic pour améliorer la performance énergétique de leur logement.

L’étiquette énergie reste encore méconnue par la moitié des ménages français (54 %). Mais elle apparaît comme un critère important de valorisation de l’habitat et un critère de choix non négligeable lors de la décision d’achat.

Dans l’ancien, selon une étude de l’ADEME, la surcote liée à une meilleure performance environnementale du bien immobilier, peut représenter jusqu’à 30 % de la valeur du bien.